Rechercher

Planiss’Immo 2050, une démarche originale pour structurer et piloter la stratégie de performance

Article rédigé par Laure Charpentier, Institut négaWatt, extrait de Immobilier et Bâtiments Durables, Jean Carassus et Dominique Naert


Retour d’expérience de la Ville de Lille

Lille, un maitre d’ouvrage au patrimoine bâti conséquent, confronté aux enjeux Energie-Climat.


Collectivité de 233 000 habitants au cœur d’une métropole du même nom, la Ville de Lille gère un important parc bâti, indispensable à l’exercice des services publics municipaux.

Diversifié, son patrimoine immobilier se compose de bâtiments scolaires, de bureaux, d’une cuisine centrale, de bâtiments sportifs (dont 3 piscines), mais aussi de bâtiments patrimoniaux inscrits et classés aux monuments historiques (l’hôtel de ville, le Palais des Beaux-arts,…) ou encore d’équipements techniques (fontaines, ateliers, …).


Plus de 600 000 m² sont ainsi gérés par les services de la ville sur 250 sites.


Depuis plusieurs années, la Ville de Lille réalise une série de mesures d’optimisation des équipements de chauffage des bâtiments publics au travers de CPE* notamment. Ainsi, en travaillant sur les usages, et les systèmes et quelques travaux d’enveloppe, la Ville de Lille réussit à diminuer ses consommations 21 % entre 2004 et 2019 et les émissions de GES de 20 %. Les factures ne suivent cependant pas la même pente, du fait de la hausse des couts de l’énergie.


De l’ambition politique à la structuration d’une trajectoire 2020-2050 de performance énergétique du patrimoine bâti avec Planiss’Immo 2050


La signature de la Convention des Maires pour le Climat et l’Energie en 2017, la labellisation européenne Cit’ergie et la candidature « Lille Capitale Verte » en 2019 soulignent la montée en puissance de l’ambition de la collectivité sur ces sujets



En convergence avec le cadre réglementaire* et le besoin de maitrise des dépenses de fonctionnement, il s’agit désormais de structurer une démarche de long terme, engageant des objectifs d’économie d’énergie ambitieux sur le patrimoine bâti :au moins 60% de réduction des consommations d’énergie d’ici 2050 par rapport à 2010.


Mais comment atteindre ces objectifs ? Comment prioriser les 250 sites gérés par la ville ? Quels travaux réaliser sur ce parc ? La capacité d’investissement sera-t-elle suffisante ? L’organisation actuelle est-elle adaptée ?


Autant de questions qui furent les déclencheurs de la mission Planiss’Immo 2050* pour passer d’une stratégie d’opportunité (embarquer la performance énergétique dans les travaux) à une stratégie opérationnelle de performance énergétique. C’est la nécessité d’un changement de méthode pour un changement d’échelle qui émerge.


Caractériser le parc bâti sans campagne d’audits


Les premières tâches du projet se focalisent sur la caractérisation du patrimoine*. Pas besoin d’une campagne d’audits sur les 250 sites ; temps et argent sont concentrés sur l’essentiel : établir la liste des sites et bâtiments, leurs fonctions, les surfaces, les consommations d’énergie etc, en exploitant les données déjà disponibles (outil de suivi conso, GMAO…). L’ensemble du périmètre est pris en compte : on recherche l’exhaustivité de la « photo de départ », plus que l’hyper-précision à ce stade.L’appui de l’équipe AMO Planiss’Immo vient faciliter ce travail*. Les techniciens des secteurs de la Maintenance des Bâtiments sont mis à contribution, ils connaissent bien leur parc pour y intervenir quotidiennement ! Ainsi, les données sont importées dans l’application Planiss’Immo, dans un environnement configuré pour Lille, accessible en ligne.


Simuler et comparer, pour une trajectoire 2020-2050 spécifique


Le moteur de l’application Web Planiss’Immo calcule des combinaisons d’actions appliquées aux différents bâtiments et les traduit en trajectoires de consommations d’énergie, de montants investis et économisés, selon les priorités et contraintes introduites par l’utilisateur (priorisation de certaines typologies de travaux, de bâtiments ou fonction de bâtiments, plafond annuel d’investissement, capacité organisationnelle maximale etc.). Il s’appuie sur une base d’actions de sobriété et d’efficacité (rénovation complète, opération ciblée telle isolation de toiture, formation des équipes, optimisation des systèmes, sensibilisation…) dont les valeurs de paramétrage sont issues de campagnes de mesure du bureau d’études Enertech, tout en restant personnalisables.


Adaptées spécifiquement au parc de la collectivité, les valeurs permettent de calculer les économies d’énergie projetées et les montants d’investissement en fonction des usages énergétiques du bâtiment (chauffage, éclairage, production d’ECS*, …), de sa fonction (enseignement, bureaux, …) et de son niveau de performance (rénové ou non).

De premières trajectoires pédagogiques (dont la projection ‘business as usual’ / courbe bleue) posent les éléments factuels et quantifiés et la comparaison avec un scénario objectif (trajectoire théorique : courbe verte) rend facilement partageable la visualisation du chemin à parcourir.


Plusieurs trajectoires sont ainsi coconstruites : le tendanciel et 10 autres scénarios incrémentaux permettant d’objectiver les effets des différentes combinaisons d’actions.

Les scénarios sont comparés, évalués, affinés pour aboutir à une trajectoire préférentielle.


Les chiffres clés de la Trajectoire Cible :


La courbe bleue résulte d’une combinaison d’actions de performance énergétiques appliquée au parc bâti Lillois


Mener des actions « Boosters » pour favoriser l’appropriation de la stratégie par les équipes et préparer la mise en œuvre.


En parallèle, les équipes techniques sont impliquées dans la démarche avec des actions sur le terrain. Ces ateliers d’échange permettent d’accompagner le changement des pratiques avec notamment la visite de locaux techniques et de sites sur lesquels des leviers d’action ont été identifiés par des experts de l’équipe Planiss’Immo (réglage et intermittence des équipements, puissances d’éclairage installées, …).

Comme avec les cadres des différents services, il est indispensable de faire le lien entre la scénarisation -projection du souhaitable- et sa mise en œuvre par des implications concrètes : c’est le « Voir Loin, Agir Maintenant » mis en avant par l’Institut négaWatt*.


Les effets d’une vision stratégique partagée et objectivée : une boussole pour l’action et pour l’ambition


La trajectoire quantifiée se double d’un récit, pour inscrire dans le temps long le projet de patrimoine bâti performant. Ainsi, la stratégie retenue prévoit une montée en charge progressive articulée autour des 5 mandats municipaux d’ici 2050 (mandat d’initialisation et mandat de structuration pour permettre 3 mandats de mise en œuvre à plein régime).

En cohérence, les leviers d’actions de la prochaine période sont envisagés à 3 horizons :

  1. Des actions immédiatement mobilisables par les services

  2. Des décisions stratégiques propres au maitre d’ouvrage

  3. Des leviers externes à faire évoluer pour le changement d’échelle

A titre d’exemple :

  1. Appui et renforcement des « Correspondant énergie » pour la sensibilisation des usagers. Intégration de la performance énergétique dans les pratiques d’entretien-maintenance (référentiels). Concentration des budgets de maintenance et GER* sur un nombre limité d’opérations. Chantier pilote de rénovation performante d’une école par ITE* préfabriqué sur les 2 mois d’été…

  2. Mise en place d’un fonds Intracting. Plan d’investissement de la mandature prévoyant une augmentation significative des investissements dans la rénovation thermique du patrimoine communal. Étude des moyens organisationnels et humains permettant de mener 8 projets de rénovations complètes et performance par an à compter de 2030….

Partenariat avec des industriels pour accélérer la R&D de la filière bâtiment. Groupe de Travail avec le Club Utilisateurs Planiss’Immo pour faire émerger des propositions de solutions de financement innovantes.



La Ville de Lille, via son service énergie a désormais complètement la main sur son environnement Planiss’Immo pour suivre et actualiser dans le temps la trajectoire. Il pourra décrire encore plus précisément le parc bâti, mettre à jour la base action à partir des retours d’expérience des chantiers pilotes, faire tourner de nouvelles simulations et comparer, y intégrer les critères de priorisation non-énergétiques. L’application est utilisée en autonomie et le Club Utilisateurs Planiss'Immo permet de bénéficier de retours d’expériences d’autres maitre d’ouvrage.


*

  1. CPE : Contrat de Performance Energétique

  2. Loi TECV, Loi ELAN, Décret Tertiaire

  3. https://www.planissimmo2050.fr/

  4. Ce travail anticipe ce que les propriétaires de bâtiment tertiaire doivent actuellement mener pour définir le point de référence de consommation répondant aux obligations du décret tertiaire dans la perspective de transmission à la plateforme OPERAT - https://operat.ademe.fr/#/public/faq#question_23

  5. Par exemple : l’application web de simulation Planiss’Immo travaille avec la répartition des consommations en 7 usages énergétiques et propose des clefs de répartition ajustées, là où les données réelles ne sont pas disponibles.

  6. D’autres boosters de Planiss'Immo 2050 peuvent porter sur des sujets techniques, financiers, organisationnels.

  7. GER : Gros Entretien Renouvellement

  8. ITE : Isolation Thermique par l’Extérieur